21 films de voyage à découvrirQui n’a pas un jour regardé un film et se dire ensuite « Je veux y aller, je veux voyager là-bas ! » ? Qui n’a pas un jour rêvé éveillé devant un film qui l’embarquait en quelques instants à l’autre bout du monde ?

Dans cet article, je vous propose une liste de 21 films qui donnent un sens à l’évasion comme jamais.

 

21 films de voyage à découvrir

Into the wild (2007)

Comment ne pas commencer cette liste par le film qui pour moi représente le mieux le voyage. Tiré d’une histoire vraie et du livre de Jon Krakauer, le réalisateur Sean Penn nous emmène à la découverte de ce qu’a été la vie de Christopher McCandless. À 22 ans, il venait tout juste d’être diplômé et a décidé de tourner le dos à l’existence si confortable qui lui était promise. Christopher a prit la route en laissant tout derrière lui, y compris sa famille.

Par ses rencontres et expériences, Christopher nous emporte dans ce qui est pour lui la vie. Son objectif est de rejoindre les grandes étendues sauvages de l’Alaska et d’être au plus proche de la nature.

La vie rêvée de Walter Mitty (2013)

Ce film de, et avec, Ben Stiller est pour moi l’un des films les plus marquants. Il nous emporte aisément en quelques instants par ce qui est à mes oreilles la plus belle bande originale pour un film de voyage.

Ce cher Walter Mitty est un homme tout à fait ordinaire qui est enfermé dans son quotidien. C’est à travers ses rêves drôles et extravagants qu’il s’évade. Suite à une difficulté dans sa vie professionnelle, Il trouve le courage d’embarquer dans un périple pour y vivre une aventure plus incroyable que tout ce dont il a rêver.

Lost in translation (2003)

Ce film de Sofia Coppola nous emmène à Tokyo dans la vie de Bob Harris, interprété par Bill Murray.

Bob, un acteur sur le déclin, se trouve à Tokyo pour tourner un spot publicitaire. Le temps passe et il se rend compte à quel point il se trompe et qu’il fait ce spot uniquement parce qu’il a besoin d’argent.

Il contemple la ville sans rien y voir, il est détaché de tout et incapable de s’intégrer à la réalité qui l’entoure. Il fait la connaissance de Charlotte, une jeune Américaine, qui se sent délaissée par son mari qui donne davantage d’attention à son travail plutôt qu’à sa femme.

Wild (2014)

Jean-Marc Vallée a réalisé le film Wild avec l’actrice Reese Witherspoon. Tiré d’une histoire vraie (livre), Cheryl Strayed a prit une décision radicale après plusieurs années d’errance dans sa vie. Elle décide de tourner le dos à son passé et de se lancer dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres. Sans aucune expérience, elle parcours à pied cette distance avec comme unique compagnie le souvenir de sa mère disparue. Durant ce périple, elle affrontera ses plus grandes peurs et découvrira sa force. C’est sur la côte ouest des Etats-Unis qu’elle tentera de se reconstruire durant cette longue randonnée.

L’auberge espagnole (2002)

Ce film avec Romain Duris et Cécile de France que l’on ne présente plus a marqué de nombreux jeunes français et belges. Le réalisateur Cédric Klapisch y raconte l’histoire de Xavier, un jeune de 25 ans parti à Barcelone pour terminer ses études et y apprendre l’espagnol. Il doit apprendre cette langue pour occuper un poste qui lui est promis et où l’espagnol est nécessaire.

En Espagne, il cherche un logement et trouve un appartement en co-location dans le centre de Barcelone. Ils sont 8 dans cet appartement et venant chacun d’un pays différent. La magie des rencontres et le mélange des cultures dans sa plus pure inspiration.

Dans les forêts de Sibérie (2016)

Inspiré du livre et des aventures de Sylvain Tesson, ce film de Safy Nebbou avec Raphaël Personnaz aborde ce besoin de liberté que Teddy ressent. Il décide de partir l’assouvir en partant loin, en s’éloignant loin du bruit du monde pour s’installer seul dans une cabane sur les rives gelées du lac Baïkal.

Lors d’une nuit, il se perd dans le blizzard et est secouru par Aleksei. Ce personnage, un russe en cavale qui vit caché dans la forêt sibérienne depuis des années, n’existe pas dans le livre. Dans le film, tout les opposent mais une amitié finit par naitre entre eux.

The bucket list (2007)

Rob Reiner réalise ce film en compagnie des célèbres acteurs Jack Nicholson et Morgan Freeman.

Carter Chambers, à l’époque où il était enseignant en philosophie invitait chaque année ses étudiants à écrire une « Bucket List », la liste de tout ce qu’ils rêvaient de faire, de voir ou simplement de tenter avant de mourir.

Depuis ce film, cette liste a connu un immense succès, j’ai d’ailleurs écrit la mienne sur ce blog (ma bucket-lis du voyageur).

Carter se sent piégé par des obligations familiales et de multiples contraintes. Depuis quatre décennies, il occupe un emploi de mécanicien et sa bucket-list n’a jamais pu prendre vie.

Durant ce temps, Edward Cole, un multimillionnaire, bâtissait son empire et ne s’occupait qu’à amasser de l’argent sans même en profiter.

Un jour, une rencontre entre ses deux hommes a lieu. Ils se retrouvent dans une même chambre d’hôpital. Ensemble, ils dressent le bilan de leurs vies et découvrent qu’ils ont deux choses en commun : Un appétit de vivre et le désir de réaliser tous leurs rêves inaccomplis. Ils partent à la réalisation de leurs souhaits en embarquant pour la plus belle des virées.

Eat pray love (Mange prie aime) (2010)

Ryan Murphy réalise ce film avec le personnage de Liz Gilbert jouée par Julia Roberts.

Liz a vécu un divorce difficile et décide de prendre une année sabbatique afin de changer de vie. Durant son périple initiatique qui l’emmènera au bout du monde et d’elle-même, elle retrouve l’appétit de vivre et le plaisir de manger en Italie, le pouvoir de la prière et de l’esprit en Inde, ainsi que la paix intérieure et l’amour à Bali.

A bord du Darjeeling Limited (2007)

Avec Owen Wilson, Adrien Brody et Jason Schwartzman. Ce film de Wes Anderson raconte l’histoire de trois frères qui ne se sont plus parlé depuis la mort de leur père. Ils décident de faire ensemble un grand voyage en train à travers l’Inde pour renouer leurs liens.

Accompagnés de onze valises et de nombreux objets bien inutile, ils se retrouvent seuls perdus au milieu du désert. Ils s’apprêtent à vivre une aventure dans un pays magique dont ils ignorent tout.

7 ans au Tibet (1997)

7 ans au Tibet de Jean-Jacques Annaud est joué par Brad Pitt et David Thewlis.

Le film raconte l’histoire de l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer qui en 1939 accepte l’argent nazi pour planter le drapeau à croix gammée sur le sommet inviolé de l’Himalaya, le Nanga Parbat.

Seulement la guerre éclate, et à la frontière de l’Inde, lui et son acolyte sont faits prisonniers par les Britanniques. Il réussit à s’évader et commence alors la véritable aventure de sa vie. C’est à Lhassa qu’il se retrouve, une ville Tibétaine où réside le jeune dalaï-lama avec qui il se lie d’amitié.

Depuis la sortie du film, les comédiens Brad Pitt et David Thewlis sont interdits de territoire chinois. La Chine n’a pas apprécié que les autorités chinoises vues dans le film soient représentées comme des gens brutaux et arrogants, tandis que les Tibétains apparaissent comme irréprochables.

Les chemins de la liberté (2010)

De Peter Weir avec Jim Sturgess, Ed Harris et Saoirse Ronan.

C’est en 1940 qu’une troupe de prisonniers, venant de tous les horizons, décide de s’évader d’un camp de travail sibérien. S’échapper de cet enfer sera le début d’une longue aventure.

Ensemble, ils vont parcourir plus de 10 000 kilomètres à travers la toundra sibérienne glacée, pour poursuivre par les plaines de Mongolie et les fournaises du désert de Gobi, en enchaînant par les sommets de l’Himalaya afin de franchir la Grande Muraille de Chine.

L’Inde est à cette époque sous contrôle anglais et est leur but ultime.

Ce film est adapté du roman « À marche forcée » écrit par Slavomir Rawicz, un ancien soldat polonais envoyé aux goulags sous le régime stalinien. L’écrivain ne s’est pas évadé de ce camp contrairement aux personnages de son roman, mais il a été amnistié.

Le voyage de Sibérie en Inde qu’il raconte n’a pas été accompli par lui mais par d’autres prisonniers. Il a malgré tout marché de Sibérie jusqu’au Moyen-Orient afin de rejoindre l’armée polonaise. Le réalisateur du film a décidé d’apporter une grande part de fiction à sa réalisation ne sachant pas jusqu’à quel point les faits relatés étaient authentiques.

Le dernier trappeur (2003)

On ne présente plus Nicolas Vanier qui a réalisé ce film avec Norman Winther.

C’est au coeur des montagnes que Norman vit avec Nebraska, une indienne Nahanni, et ses chiens de traineaux.

Ils sont déconnectés des besoins créés par la société moderne. Ils ne se nourrissent que des produits de la chasse et de la pêche, et il fabrique tout lui-même.

Ce n’est qu’une fois par an que Norman effectue un voyage jusqu’en ville afin de vendre ses peaux et acheter ce dont ils ont besoin.

Le réalisateur Nicolas Vanier a rencontré Norman lors de son « Odyssée Blanche », 8600 km entre l’Alaska et le Québec, et a décidé d’en raconter son histoire dans ce film où Norman joue son propre rôle.

J’ai été subjugué par la bande son qui m’a emporté dès les premières notes. Les paysages du Yukon laissent rêveur. L’un de mes rêves de voyageur est de partir découvrir le Yukon. Ce film m’a également rappelé de bons moments où j’entrainais des chiens de traineau au Canada.

Cet homme vit en communion avec la nature, tel un homme libre de son destin. Emporté par cette aventure humaine, l’on vit chaque minute de ce film.

La plage (1999)

Doit-on encore présenter l’un des classiques ? Dans ce film de Danny Boyle où ce backpacker, Richard, interprété par Leonardo DiCaprio, a décidé de partir à l’aventure en Thaïlande.

Ce jeune Américain, amateur de sensations inédites est parti dans l’espoir de vivre des aventures fortes et exaltantes. Il se retrouve dans un hôtel miteux de Bangkok boudé par les touristes. C’est là qu’il fait la connaissance de deux Français.

Durant la nuit, il rencontre un homme lui parlant d’une île secrète avec une plage paradisiaque où il aurait vécu plusieurs années au sein d’une petite communauté.

Avec les deux français, ils partent à la recherche de cette île.

Carnets de voyage (2003)

Gael García Bernal et Rodrigo De la Serna jouent dans ce film de Walter Salles.

C’est en 1952 que deux jeunes Argentins, Alberto Granado et Ernesto Guevara, partent à la découverte de l’Amérique latine. Ils débutent leur périple en moto et se confrontent à la réalité sociale et politique des différents pays qu’ils visitent. La perception que les deux amis avaient du continent est altérée. Ce film raconte le début de l’histoire du Che où cette expérience éveille de nouvelles vocations en lui et s’associe à un désir de justice sociale.

Mariage à Mendoza (2012)

Dans ce film de Edouard Deluc avec Nicolas Duvauchelle et Philippe Rebbot, deux frères débarquent en Argentine pour aller célébrer le mariage de leur cousin à Mendoza.

À leur arrivée à Buenos-Aires, Antoine ne va pas bien car sa femme vient de le quitter. Marcus est quand à lui sûr qu’aller au mariage de leur cousin remettra son petite frère d’aplomb. Ils rencontrent le réceptionniste illuminé de leur hôtel et s’offrent alors un road-trip à travers les routes d’Argentine.

The way – La route ensemble (2010)

De Emilio Estevez et avec Martin Sheen, Emilio Estevez et Deborah Kara Unger.

Un médecin américain, Tom Avery, vit une existence confortable. Tout d’un coup, sa vie bascule et il se rend d’urgence en France où son fils Daniel vient de mourir dans un accident en montagne. Sur place, il découvre que son fils a entrepris le pèlerinage de Compostelle. Tom décide alors de poursuivre le chemin de son fils et croise sur sa route des personnes qui l’accompagneront sur ce périple. Peu à peu, pas à pas, Tom s’ouvre et apprend à marcher ensemble.

Ce film est inspiré de faits personnels. Emilio Estevez évoque le pèlerinage en direction de Saint-Jacques-de-Compostelle que son père, Martin Sheen, avait entrepris avec son fils, Taylor. Excepté que lui, alors âgé de 19 ans, est tombé amoureux lors de ce voyage et a décidé de s’installer définitivement en Espagne.

Pour la petite histoire, Emilio Estevez a dû tourner le film dans l’ordre chronologique du scénario afin d’éviter de revenir sur ses pas. Un fait rare au cinéma. Ils ont parcouru plus de 300 kilomètres dans le nord de l’Espagne pendant 40 jours.

One week (2008)

Michael McGowan raconte dans ce film l’histoire de Ben Tyler joué par Joshua Jackson.

Ben est un jeune homme dans la vingtaine qui est sur le point de se marier. Il a un emploi qui ne le rend pas heureux et on vient de lui diagnostiquer un cancer en phase 4.

Malgré la souffrance de cette nouvelle, Ben tient à vivre sa vie à fond. Il enfourche une moto et fait le voyage canadien de Toronto jusqu’à Tofino.

One Week pose la question :  » Que feriez-vous s’il ne vous restait plus qu’une semaine à vivre ?  »

Ce film me rappelle forcément des souvenirs ayant vécu une partie de ce trajet lors de mon voyage au Canada .

Une histoire vraie (1999)

Ce n’est clairement pas mon film favori dans cette liste de 21 films. Le film de David Lynch est long et lent, et où il ne se passe pas grand chose.

Ce film avec Richard Farnsworth raconte une histoire vraie, comme son titre l’indique. Alvin Straight a 73 ans. Après une mauvaise chute, il décide de quitter son village du nord de l’Iowa, Laurens et de partir retrouver son frère ainé qui vient d’avoir une attaque. Fâches depuis dix ans, ils ne sont plus vus, et malgré son mauvais état de santé, Alvin entreprend un voyage de plusieurs centaines de kilomètres afin d’aller voir Lyle dans le Wisconsin, mais uniquement par ses propres moyens. Un moyen assez insolite… un tracteur.

Tracks (2013)

Le personnage de Robyn Davidson interprété par Mia Wasikowska est attendrissante, on s’attache au personnage par son histoire et sa quête, par ses rencontres et ses expériences sur son chemin.

Le réalisateur John Curran raconte l’histoire vraie de Robyn Davidson, qui en 1975, a décidée d’abandonner sa vie urbaine pour traverser le désert Australien sur 3200 km. Un photographe du National Geographic couvre son expédition, à contre-coeur pour elle. Elle entreprend ce périple à pied, d’Alice Springs à l’océan indien, avec pour compagnons quatre chameaux et son fidèle chien.

Sin Nombre (2009)

Ce film de Cary Fukunaga avec la jeune Sayra jouée par Paulina Gaitan, accompagnée d’Edgar Flores (Casper), raconte une histoire débutant au Honduras.

Sayra veut réaliser son rêve qui est d’émigrer avec son père et son oncle aux Etats-Unis. En chemin, elle croise la route de Casper, un membre de la « Mara », l’un des plus terribles gangs d’Amérique Centrale. Casper a tué le chef de bande pour venger la mort de sa fiancée et prend la fuite. C’est sur le train de nombreux candidats à l’émigration qu’ils se rencontrent.

Tout au long du film, on suit le long voyage que cette famille entreprend sur les trains reliant le Honduras aux Etats-Unis.

Le réalisateur du film a voulu se rendre compte des conditions des immigrés, c’est pour cela qu’il a effectué trois voyages en train à la rencontre de ses candidats immigrés. Les voyages ne furent pas de tout repos puisqu’il a subit des attaques de bandits comme dans le film.

Le terminal (2004)

Ce film de Steven Spielberg avec Tom Hanks et Catherine Zeta-Jones peut être considéré comme un film de voyage d’un côté et d’un autre non. Pour moi les aéroports font partie des voyages et de l’aventure, c’est pour cela que je vous propose ce film comme le 21e à découvrir.

Dans ce film, Viktor Navorski est l’un de ces milliers de touristes qui débarquent chaque jour à l’Aéroport JFK de New York.

Seulement, à quelques heures de son arrivée, un coup d’État bouleverse sa république d’Europe Centrale. Viktor devient ce que l’on appelle un apatride et les portes de l’Amérique se ferment devant lui. Viktor est bel et bien coincé car les frontières de son pays se ferment également.

Ce film est inspiré d’une histoire vraie ayant eu lieu à l’aéroport Charles-de-Gaulle. Karim Nasser Miran, un réfugié iranien installé sans papiers depuis 1988 dans le Terminal 1 de cet aéroport parisien.

Il était parti pour Londres en 1974 à la recherche de sa mère naturelle, il ne put rentrer en territoire britannique car il s’était fait voler son passeport et son certificat de réfugié des Nations Unies. Dans les années 80, il fut déchu de sa nationalité lorsqu’il revient en Iran.

Il débuta un long et chaotique voyage en Europe où il se fit expulser de chaque nouveau pays dans lequel il tentait de s’installer faute de papiers en règle.

 

J’espère que cette liste de 21 films de voyage vous a plue et que vous y avez trouvés de prochains films à visionner.

Dans cette liste, quels sont vos films de voyage favoris ? Où rêveriez-vous de partir et quels films vous ont provoqué cette immense envie ?